Nous voulons une écologie pour l’homme

Pas une écologie contre l’homme

 

La crise que nous traversons nous met face à nos fragilités. Nous prenons conscience qu’un tout petit virus invisible à l’œil nu peut ébranler toute une société. Nous expérimentons concrètement comment une modification de notre environnement, que l’on nous annonçait pourtant si petite, va provoquer la fermeture de milliers d’entreprises et envoyer au chômage quelques millions de personnes dans notre pays.

Le changement climatique est une autre douloureuse réalité. Même si nous parvenons à l’endiguer et à ne faire monter la température que de quelques petits degrés, il va néanmoins engendrer, de la même façon, des modifications profondes de notre mode de vie.

Mais face à ceux qui voudraient détruire l’homme pour sauvegarder la planète, nous refusons de les opposer. Nous considérons que l’écologie demande à l’homme de prendre soin de son environnement, dans toutes ses dimensions : la planète, bien sûr, mais aussi tous ceux qui l’habitent. Cela suppose donc une attention particulière envers ses proches, notre société toute entière et en premier lieu les plus fragiles. La véritable écologie est une écologie humaine. C’est cette vision qui a conduit au programme que nous vous présentons pour Eybens.

Il y a, en effet, plusieurs formes d’écologie.

Une première forme, la moins efficace, c’est l’écologie « gadget ». Celle qui est faite pour se donner bonne conscience mais qui n’a pas d’impact ou très peu : mettre trois grenouilles dans une mare, planter un arbre ou deux pour oublier les autres que l’on a prévus de couper, ou encore ajouter le préfixe « éco » au nom de chacune de nos initiatives, qu’elles soient réellement écologiques ou non. En quelque sorte, cela revient à manger vegan avant d’aller au McDonald’s ou à se rendre à vélo à l’aéroport pour passer des vacances à l’autre bout du monde.

Certains, par ailleurs, considèrent l’homme comme une nuisance, comme un poison pour notre planète qu’il serait bon d’éradiquer. Parmi ces « environnementalistes », nous pouvons penser à Yves Paccalet, ancien conseiller régional de Rhône-Alpes Europe-Ecologie-Les Verts, qui a publié un livre au titre très explicite : « un jour, l’humanité disparaîtra… bon débarras ! ». Pour l’auteur et les tenants de cette même idéologie, il faut empêcher toute activité humaine qui serait néfaste et destructrice.

Nous avons été choqués d’entendre le même raisonnement de la part d’un actuel maire-adjoint de la ville d’Eybens, encore candidat dans les premières positions de l’équipe du maire. Au début de l’épidémie, il parlait de la crise du coronavirus comme un moment « féérique » et « merveilleux », qui permettait de réduire l’activité humaine et donc de limiter la pollution ! Est-ce tout ce qu’il trouve à dire face aux milliers de morts de cette maladie, et tous ceux qui se retrouvent en difficulté à cause du confinement, de l’isolement, ou de l’arrêt de leur activité ?  

Cette idéologie dirige aussi leur vision de l’urbanisme. En effet, l’environnementaliste considère qu’il est bon de densifier de manière conséquente les villes, afin d’entasser la population, limiter ses déplacements et donc son empreinte sur la planète. C’est pour cela que nous voyons tous ces nouveaux projets de construction à Eybens. Cela est mauvais pour l’homme, absurde et même anti-écologique :

  • Suivant cette logique, toute parcelle libre, y compris si c’est un espace vert, doit laisser place à un immeuble pour permettre la concentration urbaine. Ne soyez donc plus étonnés de ce qui se passe autour du stade Charles Piot, sur le terrain du stade Bel-Air ou au-dessus de la piscine, au val d’Eybens : c’est bien par pure idéologie que notre municipalité qui se déclare écologiste vend les terrains communaux, coupe des arbres pour construire des immeubles et densifie le territoire de manière conséquente !

  • Cette même logique conduit à confiner l’homme dans des espaces urbains artificiels, surchauffés et sur-pollués. En effet, n’oublions pas que les sources de pollution sont diverses : les transports bien sûr, mais aussi les habitations. Le chauffage résidentiel est la première source de pollution aux particules volatiles « PM »1. Or cette pollution est particulièrement néfaste, puisqu’elle provoque diverses maladies respiratoires et cancers. Et plus l’habitat est dense, plus cette pollution augmente et moins elle peut s’évacuer ! N’oublions pas que Grenoble est dans une cuvette, ce qui n’arrange pas les choses. Pendant le confinement, notre agglomération grenobloise a subi d’importants épisodes de pollution à ces particules, car les vents ne parvenaient pas à les évacuer. ²

1Source : developpement-durable.gouv.fr
²Source : Atmo Auvergne-Rhône-Alpes

La densification intensive de l’habitat qui est à l’œuvre en ce moment à Eybens est donc un non-sens écologique, et un réel danger pour la santé des Eybinois.

Enfin, nous devons souligner que cette densification n’est absolument pas nécessaire : l’agglomération grenobloise est la seule grande agglomération de France qui perd des habitants !*   
La seule conséquence est donc l’explosion de nombre de logements vides. Il y a déjà 296 logements vides à Eybens, contre seulement 84 en 2006. Dans la Métropole Grenoble-Alpes, il y a plus de 19.000 logements vides, contre seulement 9.900 en 2006 ! Alors que la politique de densification a fait augmenter le nombre de logements de 14% sur cette période, le nombre de logements vides a doublé dans l’agglomération !*         

*Source : chiffres INSEE

L’agence nationale de l’habitat (Anah) indiquait dans son rapport sur la Métro en décembre 2018 : « Depuis 2010, une augmentation de la vacance tant frictionnelle que structurelle est constatée ».
Il y a donc bien un problème de vacance structurelle (c’est-à-dire de longue durée) à Eybens et dans l’agglomération. Ce n’est pas la « simple vacance frictionnelle de courte durée », qui est avancée avec mépris par l’équipe municipale sortante pour se défendre. Et les raisons évoquées dans ce rapport à cette vacance sont sans équivoque : dégradations et dévalorisation des biens. C’est donc là-dessus qu’il nous faut agir !


Rendez-vous compte : en agissant correctement, sans aucune construction nouvelle, nous pourrions loger 50.000 personnes de plus dans l’agglomération rien qu’en remplissant les logements vides !
Cette politique de densification n’a donc aucun sens !                                     

Heureusement, il y a aujourd’hui une prise de conscience parmi certains acteurs, qui invitent à penser une vision urbaine à la fois écologique et respectueuse de l’homme. 

François de Mazières, ancien président de la Cité de l’architecture et du patrimoine, indiquait dans le journal « Le Point » du mois de Mai : « La préoccupation nouvelle de la ‘distanciation sociale’ doit nous inciter à revoir la densité urbaine dans notre pays ». Thierry Paquot, professeur de philosophie des villes à l’institut d’urbanisme de Paris et auteur de « Mesures et démesures des villes » (CNRS Editions, 2020) dit pour sa part : « tout ce qui est fait pour l’homme doit être à taille humaine. Il faut arrêter avec le tout béton, ne plus opposer ville et campagne et réintroduire de la nature en ville […] Je rêve que les parcs et jardins soient reliés entre eux, par une « farandole verte » qui animerait chaque ville, et deviendrait un terrain d’aventures pour les enfants, grands oubliés de la ville ». Nous devons penser la ville comme un espace de vie, avec ses commerces, ses espaces verts développés en harmonie… n’avez-vous pas reconnu notre projet de « Tour d’Eybens », dans cette dernière phrase de Thierry Paquot ?

Notre premier engagement écologique est donc la fin de la politique de densification urbaine intensive. A la Métro, nous demanderons une modification du PLUi pour stopper les multiples projets de construction, et retirer les périmètres d’intensification urbaine qui imposent des densités minimales de construction très importantes à Eybens. Nous agirons fermement sur ce point. Notons que nous pourrons appliquer « a minima » les exigences de la Métro, comme beaucoup de communes le font déjà, au lieu de les dépasser !

Les périmètres d'intensification urbaine définis par le PLUi 2019 à Eybens.

Densité minimales pour les constructions :

Zone orange : 70 %

Zone bleues : 50 %

Rappel : nos élus eybinois ont voté POUR ce PLUi à la Métro !

Source : pluicarte.lametro.fr – onglet "périmètre d'intensification urbaine"

Quoi qu’il en soit, nous aurons toujours les mains libres pour arrêter les projets sur les terrains qui appartiennent encore à la Mairie, comme le stade de football Charles Piot et ses abords.

Pour le bien-être de tous, nous engagerons un vaste plan de lutte contre les îlots de chaleur urbains, par la végétalisation, le développement des espaces verts reliés par le Tour d’Eybens, et la prise en compte des vents dans les projets d’aménagement.

Nous sommes conscients que la collectivité a un rôle important à jouer pour limiter le réchauffement climatique. Nous mettrons donc l’accent sur l’agriculture locale avec un marché paysan toutes les semaines sur la commune, et veillerons à ce que cela soit également renforcé dans les cantines scolaires. Nous renforcerons les dispositifs existants pour la rénovation des logements anciens, au lieu de construire du neuf partout. Enfin nous agirons pour l’économie circulaire avec l’installation d’un « repair café » à Eybens.

Sur le plan des déplacements, l’enjeu est évidemment le développement des modes doux et des transports en commun. Rappelons que nous avons été les premiers dans cette campagne à proposer la prolongation du bus C4 jusqu’à Brié-et-Angonnes, afin de désengorger cet axe Jean-Jaurès qui voit un flux de 13.000 véhicules par jour. C’est une attente des habitants de Brié (cela figurait même dans le programme de leur nouveau maire) et le parking-relais existe déjà là-haut.     

         
Il faut développer des voies cyclables intelligemment. Pour renforcer la pratique du vélo, il faut qu’elles soient sécurisées et que leur environnement soit agréable. Pour être cycliste moi-même, je peux vous assurer que ce n’est pas la perspective de pouvoir rouler dangereusement et à toute vitesse qui m’enchante. Je veux au contraire pouvoir rouler en sécurité, éviter de croiser trop de voitures sur mon passage pour éviter tout conflit, et ne pas respirer un air trop pollué pendant mon parcours. Ainsi, développer la pratique du vélo dans une politique globale de densification de l’habitat et de destruction des espaces verts qui favorise la pollution de l’air et les îlots de chaleur n’a aucun sens ; et c’est un danger pour la santé des cyclistes Eybinois. Nous mènerons donc une politique volontariste de sécurisation des pistes cyclables. Nous avons été les premiers à proposer la création d’une passerelle cyclable et piétonne pour relier le nord et le sud d’Eybens, afin de supprimer les conflits existants entre voitures et cycles sur cet axe.

Extrait du document distribué par notre équipe à toute la ville au mois de Janvier 2020 : dépliant « Dites OUI à un meilleur cadre de vie pour tous les Eybinois ».

Dans cette campagne, nous avons été les premiers à proposer des solutions écologiques efficaces et de bon sens pour les déplacements !

Mais notre écologie, c’est aussi prendre soin de tous ceux qui habitent cette planète à nos côtés, celle qui se met au service des plus fragiles, des personnes en situation de handicap ou des aînés. Vous trouverez dans notre programme complet nos multiples projets pour la ville.

Voici notre vision. L’écologie est faite pour que l’homme prenne soin de la Terre et l’habite respectueusement. Tout projet qui veut protéger la planète mais qui nuit à l’homme n’est pas réellement écologique.

Nous voulons une écologie pour l’homme, pas une écologie contre l’homme.

DSC_0029.JPG

L’auteur


Philippe Paliard est ingénieur et co-fondateur d’une start-up innovante dans les micro-nanotechnologies. Il a grandi, vécu et travaillé dans plusieurs villes de l’agglomération grenobloise. Il est marié et père de deux enfants.


Il sera maire-adjoint en charge du logement, de l’environnement et du cadre de vie, et élu métropolitain.

Ensemble Servir Eybens - servireybens@gmail.com - 19, rue des Javaux, 38320 Eybens     © 2020 Ensemble Servir Eybens  Mentions légales